Rapaces

 


Rapaces raconte sans mot, mais à travers le subtil dialogue des corps en scène, la déflagration intérieure que subit une mère face à la disparition brutale de son fils dans un attentat.

19 Août 2003, un attentat est perpétré contre le bâtiment de l’ONU à Bagdad.Un jeune homme de trente ans, cadre de l’organisation, meurt dans l’attentat.
La pièce tourne autour du rapport entre la mère et son fils, par le mélange du cirque et du théâtre, nous voulons montrer ce qui perdure après la mort, entre le corps au sol et le corps en apesanteur, comme une pulsation, un souffle, une présence parfois plus prégnante encore que durant la vie.
La pièce joue sur le conscient et l’inconscient de cette femme, de ce que l’on est et de ce que l’on traverse, de ce que l’on rêve et de ce que l’on vit, de ce qui nous habite, de l’être social et de l’être moral.

Dans ce projet Fabrice Macaux affirme un langage organique où le corps représente la phrase narrative et le verbe, sa ponctuation. Il s’agit d’un moment charnière dans son travail, la rencontre entre le théâtre et le cirque est une ouverture dramaturgique pour aborder l’espace de représentation et la mise en scène.

 

Équipe artistique
Fabrice Macaux : Metteur en scène
Larence Mayor : Comédienne
Michaël Vessereau : Circassien
Corentin Seznec : Musicien

Pour cette création, Corpus a bénéficié d’une résidence à l’Espace Périphérique de la Villette.

Rapaces a été crée avec le soutient de la DRAC Ile de France et de la Spédidam.